Sortir du puits

Sortir du puits

poème

Maquillée ou démaquillée ?
Naturelle ou dénaturée ?
Brouillon ou peaufinée ?
Ma peau est irritée…

« Sois naturelle »
À ce moment-ci, je ne sais plus trop ce que ça signifie.
C’est comme si j’avais soudainement conscience de l’ensemble de mon être,
Comme si avant, tout marchait automatiquement, telle une machine bien huilée,
Et que cette machine mangeait, dormait, agissait de son propre gré,
Comme si ses engrenages me réveillaient, m’amenaient au travail, me déposaient doucement dans mon lit et se blottissaient contre moi en me flattant les cheveux pour m’aider à m’endormir.

Mais maintenant, j’ai l’impression d’être au fond d’un puits.
Au fond d’un rang d’un village que personne ne connaît.
Je pourrais crier de toutes mes forces que jamais personne n’entendrait même la rumeur de ma détresse.
Mes engrenages se retrouvent dans ce trou où l’humidité les rouille à une vitesse effarante.
Ils se bloquent, s’effritent, changent de sens.
Ainsi, agir naturellement n’est plus possible.

« Est-ce que je me maquille d’habitude? »
Mots envolés à une amie par messages textes.
Question esseulée qui ne trouvera jamais sa réponse.

Jeans ou jupe?
Confiance ou timidité?
Noir ou rouge?
Je suis épuisée…

Je veux quitter le puits, mais j’ai peur qu’en grimpant, tous les bouts d’engrenages s’éparpillent sur le sol sans que je ne sois jamais capable de les replacer,
Et si jamais je réussissais à sortir de ce trou indemne, je ne sais pas où j’irais; mon auto a une crevaison et le moteur fume.

Dix ans de solitude; je n’ai aucune idée à quoi m’attendre avec cette rencontre…
La peur et la panique se propagent dans mon corps,
Telle une tempête qui saccage un endroit paisible,
Telle une bête qui tue tout sur son passage.

La sonnette résonne.
C’est elle.
Mon cœur éclate.
Comme un feu d’artifice, mais aussi comme une crise cardiaque.
Ma date.
Belle, mais simple,
Échevelée, mais sérieuse,
En avance, mais timide.

Pot de crème à la main,
Une jambe rasée sur deux,
Mes seins cachés d’une simple serviette,
J’entrouvre la porte.
On pouffe de rire.

Qui a dit que je devais sortir de ce puits sans aide?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s