Écorché de la Maison des Viscères

Écorché de la Maison des Viscères

CouvertureEcorche2

« Écorché » est la première oeuvre de la Maison des Viscères dont j’ai fait la lecture et je peux sincèrement dire qu’elle m’a donné envie d’en découvrir plus sur cette maison d’édition de l’horreur québécois! Ce n’est pas compliqué: j’ai commandé tous les livres parus à ce jour. L’éditeur de cette oeuvre est l’auteur de Jardin de chair, Frédérick Raymond. Ses auteurs talentueux sont Ariane Gélinas, Jonathan Reynolds et Pierre-Luc Lafrance.

Synopsis

Écorché est un recueil de trois nouvelles axées sur l’horreur. Le gore y est progressif, mais l’ambiance glauque et stressante est présente tout au long de l’oeuvre.

Rydia avec un L

Dans la première nouvelle, ayant pour titre « Rydia avec un L », un homme et une femme, qui partagent la même passion pour un personnage de jeux vidéo, lui rendront hommage pour une dernière fois. On se retrouve dans un univers réaliste et l’auteur, Jonathan Reynolds, fait beaucoup de références qui sauront faire sourire mes homologues geeks de ce monde. On retrouve l’aspect gore plus à la fin de l’histoire, mais tout au long du récit, on sent le mal-être des personnages  et on a un mauvais pressentiment qui pèse lourd.

La frontière dorée

La seconde nouvelle, La frontière dorée, composée par Ariane Gélinas, est beaucoup plus imprégnée du gore et l’ambiance est inquiétante. Un bandit semi-retraité s’aventure dans un village où la vengeance d’un peuple qui désire reprendre leur territoire s’abat. Au rendez-vous: une ambiance western, des morts par centaines, des humains à peine vivants et des créatures fantastiques. L’écriture est beaucoup plus soutenue, mais cela se justifie, entre autres, par le fait que le narrateur soit externe, tandis que Reynolds utilise une double narration au « je ».

Ce n’est pas un conte de fée

Et la toute dernière nouvelle a une saveur d’Oniria, de Patrick Senécal, mais n’en est en rien copiée. Il s’agit de « Ce n’est pas un conte de fée » rédigée d’une main de maître par Pierre-Luc Lafrance. Et là, si j’étais un peu assoiffée de scènes tordues, j’en ai eu pour mon pesant d’or. Un haut fonctionnaire vient visiter un laboratoire dont la mission est de réhabiliter des psychopathes en remplaçant certains souvenirs de ces derniers par des contes de fées. Quelle idée géniale!

Les hauts

Pour le lecteur qui n’est pas habitué à l’horreur, le gore est progressif: très peu explicite dans la première nouvelle, et dans la dernière, c’est le tout pour le tout. Je pense bien que le lecteur a le temps d’encaisser la progression.

Dans chacune des nouvelles, on retrouve un genre différent: univers réel, fantastique et ensuite science-fiction. Cela permet au lecteur d’être toujours agréablement surpris et rafraîchi par les récits tous très différents.

L’écriture est impeccable et fluide. Les figures de style sont intéressantes, parfois recherchées, sans que cela ne soit apparent. Et que dire de l’illustration de la page de couverture: magnifique!

Les bas

Je crois que ce livre a les défauts de ses qualités. Les récits sont tellement différents les uns des autres que tout ce qui les lient ensemble réellement, c’est l’horreur. J’aime personnellement quand il y a un thème un peu moins large et des clins d’oeil entre les histoires, ce qui serait impossible dans ce cas, car les univers sont tous trop loin les uns des autres.

En outre, avec une telle couverture et avec une maison d’édition qui se nomme « La Maison des Viscères », je m’attendais à quelque chose d’un peu plus gore. Je crois toutefois que pour la majorité des gens, le gore est très bien balancé.

Le livre est très court (100 pages). On en voudrait quand même encore plus… Et surtout, on voudrait connaître la fin de la dernière histoire, qui se termine dans le doute.

Appréciation générale

Je vous le recommande chaudement si vous aimez l’horreur. L’horreur, ce n’est pas que des jambes qui se font arracher et tombent en lambeaux, c’est aussi la peur, le sentiment que tout peut basculer, l’envie de gruger nos ongles durant la lecture et la boule dans la gorge causée par l’inquiétude. Et on retrouve tout ça dans « Écorché ». Voici un lien pour vous procurer les bouquins : https://recits.visceres.com/. Bonne lecture!