Cordiale invitation au lancement du livre Portrait de Montréal

Cordiale invitation au lancement du livre Portrait de Montréal

Portrait-de-montréal

Nous serons présentes au lancement du Livre Portraits de/of Montréal​ ce samedi, 20 mai 2017. Par le fait même, nous vous y invitons et espérons fortement que vous serez des nôtres!

Voici un descriptif de Portraits de Montréal, tiré de leur page Facebook :

« Inspirés par le travail du photographe New-Yorkais Brandon Stanton, nous arpentons les rues de notre ville, à la rencontre des Montréalais et de leurs histoires. Plus encore que la photo, c’est la conversation qui nous intéresse : nous souhaitons établir une relation humaine entre les individus – que notre société nous a formé à appeler « étrangers » – en écoutant leurs histoires, et en permettant aux autres de les découvrir! »

Ce sera donc l’occasion de se procurer un exemplaire physique de cette expérience sociale plutôt intéressante!

Ayant habitée en campagne, à Montréal et maintenant en banlieue de la banlieue, en Montérégie, je remarque que les mœurs sont bien différentes. Ici, à Beauharnois, on se salut quand on se croise dans la rue. Quand on ne connaît pas la personne directement, on hoche la tête, comme pour dire « je t’ai vu et je te souhaite une belle journée, humain ». Tout le monde connaît l’histoire de tout le monde, ou presque. Certains citoyens ont même des surnoms et les coiffeuses et coiffeurs connaissent tous les potins.

À Montréal, je ne connaissais que rarement le nom de mes voisins, parce que c’est comme ça. Ce sera donc un livre québécois à se procurer pour en connaître davantage sur l’histoire des Montréalais qu’on croise et qu’on ne salut que peu souvent, par peur de briser une norme sociale non-écrite!

Il reste quelques billets, si vous avez envie de venir! C’est gratuit, mais il faut quand même réserver. Cliquez ici pour réserver!

Si vous ne pouvez pas venir et si le projet vous intéresse, nous vous invitons à suivre la page Facebook en cliquant ici.

Le livre est également disponible en librairie.

Au lancement, il y aura toutefois possibilité de rencontrer auteur, photographe, Montréalais, participants. Une expérience sociale mystérieuse nous sera également proposée et il y aura des petites bouchées =).

Bien hâte de vous y voir!

À samedi!

Un conte par semaine

Un conte par semaine

ddc_logo_NB_200x200Pour ceux qui vivent la déprime du dimanche soir ou simplement pour les rêveurs qui cherchent à être transportés par la seule force des mots à moindre coût, il existe un événement tout désigné. Cet événement, il s’agit des Dimanches du conte présentés par les Productions Diable Vert, et ce, depuis 1998. C’est dans un décor sobre à l’éclairage feutré que la petite scène du Bar Le Jockey offre à ses clients des prestations hautes en couleur pour la modique somme de 10$. S’y succèdent des conteurs de tous les horizons offrant, chacun à leurs façons, un baluchon de récits parfois tirés d’une autre époque, parfois bouillonnant d’actualités. Un rendez-vous à ne pas manquer!

DSC00409

L’hiver dernier, j’ai assisté à l’une des dernières représentation de la saison 2014-2015. Durant cette soirée du 7 février, la conteuse a su me captiver et, encore aujourd’hui, elle le fait de façon intemporelle. Un résumé bref ne saurait pas rendre justice au monologue, à l’interprétation et la présence scénique de Michelle Cajolet-Couture, la conteuse à l’honneur cette soirée-là. Elle a proposé à son audience un véritable voyage planant d’un bout à l’autre de la gamme des émotions. Tout débute par un cocasse malaise, une plaisanterie qui m’a moi-même dupée, je l’avoue. Le jeu très juste de la conteuse et sa plume assure une expérience mémorable à quiconque. Vous tomberez très certainement sous son charme à condition qu’elle revienne faire son tour pour d’autres prestations lors de la nouvelle saison qui débute très bientôt. Étant donné que le calendrier de programmations ne manque pas de variétés, rares sont les conteurs qui passent plus d’une fois par saison.

À titre indicatif, sachez que les dimanches du contes sont interrompus durant l’été, mais la soirée d’ouverture, à ne pas manquer, aura lieu le 4 septembre 2016.

Encore une fois, plus d’une dizaine de conteurs partageront la scène pour vous livrer un spectacle haut en couleur. Pour plus d’informations, consulter le site officiel ici. Cette date arrive à grand pas et nous aurons sûrement le loisir de nous y rencontrer, car ma fidèle acolyte et moi planifions très certainement assister à ce premier dimanche de la saison.

Et un conte, c’est quoi au juste?

Beaucoup reconnaissent dans le conte une histoire qu’on raconte aux enfants avant l’heure du dodo. « Cendrillon », « Blanche Neige » et « La Chasse Galerie » comptent parmi les plus connus. Mais détrompez-vous, le conte c’est aussi pour les plus grands. Certes, il faut avoir gardé son cœur d’enfant pour pouvoir apprécier les belles choses. Et les paroles d’un conteur sont sans contredit le meilleur moyen d’ajouter un peu de magie à notre quotidien.

Par le conte, on découvre des récits d’aventures imaginaires ou à demi historiques. La beauté de ce genre littéraire est qu’il admet le merveilleux, le fantastique et l’impossible aussi bien que le vraisemblable et le réel. Il peut être teinté de philosophie qui nous transporte jusqu’à des questions métaphysiques ou bien incarner la satire d’une critique virulente de l’actualité. Voilà ce qu’est un conte.

Écrire un conte

Vous voulez apprendre comment écrire un conte? Ah! Ça mes amis, c’est la grande question. Je ne suis moi-même pas une experte en la matière, mais j’ai toujours apprécié le style. À la fois léger et poétique, il s’écrit avec une certaine intemporalité. Le fameux « Il était une foi » démontre un passé lointain, étranger. C’est la sensibilité du conte qui nous touche droit au cœur. Toutes les thématiques peuvent être exploitées. On peut parler de suicide avec une légèreté impressionnante comme a su si bien le faire Michelle Cojolet-Couture.

Papa n’est pas mort, il s’est transformé en cerf juste avant la fin.

Et puis, n’est-il pas vrai que les écharpes sont toujours plus belles tissées avec des aiguilles de glace? Moi je suis convaincue que oui.